L’inspection en Angleterre

Comment fonctionne l’inspection des établissements en Angleterre? Comment est-elle ressentie par les enseignants et les chefs d’établissement sur le terrain ? Le bilan du système anglais est-il plutôt positif ou négatif ?

Si vous êtes enseignant en France vous aurez peut-être rêvé de travailler en Angleterre. Méfiez-vous, l’enseignement en Angleterre vous sera peut-être moins attirant après avoir consulté ce petit guide de l’inspection outre-manche.

Notre inspectorat national s’appelle OfSTED (Office for Standards in Education). C’est un organisme d’état quasi-autonome qui est responsable pour l’évaluation de la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage dans tous les établissements : écoles, collèges, lycées et centres de formation.

OfSTED est dirigé par l’inspecteur en chef de sa Majesté – Her Majesty’s Chief Inspector (HMCI). Nommé par le gouvernement mais indépendant, il s’engage de façon très publique à l’amélioration des niveaux éducatifs et contribue ses opinions vigoureusement au débat national. Le titulaire actuel, Sir Michael Wilshaw est lui-même un ancien chef d’établissement du secondaire Londonien avec une réputation de ténacité et d’engagement sans compromis et ses inspecteurs sont formés à son image. Ses commentaires et son rapport annuel sont le sujet de nombreuses polémiques.

OfSTED emploie une haute direction permanente qui dirige les inspections, mais les équipes qui visitent les établissements sont sous-traités a des organismes privés sous contrat qui emploient des inspecteurs à temps partiel, ce sont souvent des cadres enseignants issus du terrain. OfSTED propose de réintégrer tous les inspecteurs dans leur emploi direct.

Il n’y a aucun  organisme officiel national pour le soutien des établissements en difficulté. Normalement, OfSTED n’a aucune relation avec l’établissement: ni avant ni après une inspection. Il n’y a que si l’établissement est jugé au-dessous de la moyenne à l’inspection que l’inspectorat leur propose un suivi en proximité ; une visite trimestrielle d’un inspecteur qui assure que les progrès sont rapides et maintenus.

On peut s’attendre à une inspection entre 2 et 6 ans d’intervalle. Ils sont très légers si l’établissement est très performant et plus fréquents si il y a une baisse du taux de succès étudiant. Le régime d’inspection change à chaque cycle, il est donc rare d’être inspecté deux fois de suite sous le même régime.

Il n’y a que 4 niveaux:

1: Exceptionnel,

2: Bon,

3: Besoin d’amélioration et

4: Insatisfaisant.

Il y a quelques années, avec 5 niveaux, il était possible d’être ‘moyen’ ou ‘satisfaisant’. Avec 4 niveaux ce n’est plus possible. Nous craignons donc tous le ‘grade 3’ et nombreux sont les établissements dont les résultats sont à la moyenne nationale qui le reçoivent. En effet, être à la moyenne nationale c’est avoir ‘besoin d’amélioration’.

Un rapport négatif d’OfSTED, en particulier un ‘grade 4’ peut mener à des interventions très rapides, dont  la fermeture ou la relance de l’établissement sous une nouvelle direction que ce soit un nouveau chef d’établissement, une nouvelle équipe de direction ou un nouveau conseil d’administration. L’inspection peut détruire les carrières, précipiter les démissions et les préretraites.

Les rapports sont d’une dizaine de pages et paraissent en public sur le site internet d’OfSTED et les medias les citent régulièrement et ils sont souvent  le sujet de débats publics. Ils ne sont pas universellement admirés ou respectés ; de nombreux professionnels et syndicats enseignants accusent OfSTED de jugements incohérents. Mais quand les jugements sont bons, les établissements eux-mêmes citent ces rapports et ‘OfSTED Outstanding’ ou ‘OfSTED Good’ figurent sur de nombreux web sites d’établissements même plusieurs années après leur inspection.

Avant le fait, l’inspectorat entreprend une analyse profonde des données et des statistiques disponibles. Ils forment des hypothèses à l’avance et ils se penchent surtout sur le taux de succès par rapport aux moyennes nationales, cela a un rapport étroit avec le succès au départ et c’est assez peu contextualisé. Ils cherchent à comprendre les résultats et les tendances récentes d’amélioration ou de régression. Ils étudient aussi le projet d’établissement et le rapport d’auto-évaluation annuels proposés par l’établissement et accessibles sur un site internet. Ils se demandent si tout cela fait preuve d’un engagement urgent pour l’amélioration.

Ofsted prévient l’établissement 1 jour ou 2 avant une inspection qui dure normalement de 3 à 5 jours. Typiquement, le chef d’établissement reçoit le coup de fil Jeudi pour l’arrivée des inspecteurs le Lundi prochain. Pas question de se détendre ce weekend la !

Que mesurent les inspecteurs? Les journées sont dominées par les observation de cours sans preavis et les ‘learning walks’ – promenades éducatives – qui peuvent suivre des thèmes, des étudiants ou enseignants. L’accent est fortement sur l’apprentissage et le vécu étudiant. Un cours bien préparé, ou l’enseignant fait preuve de son expertise – tout cela ne compte pour rien si les étudiants ne font pas preuve d’avoir acquis des connaissances a un rythme approprié.

Les inspecteurs proposent aussi des entretiens avec les responsables à tous les niveaux, membres du conseil d’établissement, la direction, les étudiants, les parents et les partenaires sociaux.

Les notes sont attribuées en 3 catégories :

  1. Les résultats : y compris le taux de succès, les progrès par rapport au point de départ, l’égalité des chances (analyse par gendre, ethnicité et besoins spéciaux), l’assiduité, le comportement et le taux de progression interne et externe, vers l’emploi ou l’université.
  2. La qualité de l’enseignement et de l’apprentissage: surtout basée sur les observations de cours, l’analyse des commentaires sur les devoirs et l’intégration des ressources, y compris du numérique.
  3. La direction et la gestion à tous les niveaux, gouvernance, direction et travail d’équipe de toute sorte. Les dispositifs de protection des mineurs et de prévention de l’extrémisme violent figurent aussi.

L’établissement reçoit aussi une note globale ; la moyenne de ces trois notes – par exemple un 3 si les notes sont : 3, 2 et 3. Chaque équipe inspectée reçoit aussi une note individuelle – par exemple Sciences et Maths, Anglais etc.

L’établissement nomme un membre de sa direction, le ‘nominee’, qui assure la liaison avec l’équipe d’inspection et assiste à une part de leurs discussions quotidiennes. Ce collègue ne peut pas participer aux jugements mais peut offrir de données ou des preuves pour informer le débat. Le président de l’équipe d’inspection fait un rapport oral quotidien au chef d’établissement et présente un bilan oral avec les propositions de notes le dernier jour de l’inspection – souvent en présence d’un représentant du conseil d’etablissement.

Apres le départ des inspecteurs, l’établissement se retrouve seul à gérer les conséquences ; le soulagement ou la déception et les effets sur le moral de l’équipe entière. Le rapport écrit sera publié environ 6 semaines plus tard et tous les éloges et toutes les critiques seront révélés au grand public.

C’est donc un système assez impitoyable et les avis sont partagés quant à savoir si l’éducation anglaise en bénéficie globalement.

Collègues Français, qu’en pensez-vous ?

 

Vous pouvez lire d’autres billets en Francais:

Le numerique en questions: une perspective anglaise

Socrate et le numerique 

Mon Français laisse beaucoup à désirer et je suis toujours heureux de recevoir vos commentaires et corrections.

 

About Eddie Playfair

Principal of Newham Sixth Form College (NewVIc) East London. Blogging about education, politics and culture in a personal capacity. I also tweet at @eddieplayfair
This entry was posted in Education, en Francais and tagged , , , . Bookmark the permalink.

4 Responses to L’inspection en Angleterre

  1. nivekd says:

    Un lecteur anglais (!) écrit : le français me semble parfait mais aussi et surtout vos sentiments sont justes. C’est une situation à l’Orwell ; ‘acceptable/satisfaisant’ n’existe plus.

  2. Brocart says:

    Merci pour votre l’information sur le système d’inspection en Angleterre.
    La question de l’échelle d’appréciation est posée. Imaginons réaliser une évaluation en faisant varier les échelles d’appréciations, faisons réaliser l’évaluation par plusieurs correcteurs (inspecteurs) différents…faisons appel à la docimologie…
    …. mais je ne crois pas que cela soit dans les intérêts de(s) évaluateur(s) (inspecteurs). En cela le système français n’est pas plus clair.

  3. donumerique says:

    Bonjour Eddie,

    Merci pour cette présentation détaillée de l’évaluation des établissements et des enseignants en Angleterre ! En France on apprécie le rôle de conseiller ou d’accompagnateur que peuvent avoir certains inspecteurs. Je ne peux parler que de mon cas d’ancienne enseignante : j’ai eu la chance d’être en contact avec des inspecteurs bienveillants, compétents et à l’écoute qui ont su me donner de bons conseils quand j’en avais besoin. Je ne sais pas si tous sont aussi disponibles… ne serait-ce que parce qu’ils ont beaucoup d’autres missions !
    Il me semble aussi qu’en France, les inspections d’équipe restent assez rares et c’est probablement dommage. C’est difficile de sortir d’une habitude de travail en solitaire !
    Quant à l’évaluation d’un établissement, c’est un vaste débat qui est loin d’être résolu : il y a bien quelques classements qui sont diffusés (classement des lycées ou des collèges selon leurs résultats aux examens, classements pondérés parfois selon certaines variables : catégorie socio-professionnelle des parents, origine sociale, taux de redoublement à l’entrée…) mais en France, on se méfie, à juste titre me semble-t-il, d’une mesure quantitative de l’efficacité d’un établissement. Et aucune évaluation qualitative n’a encore fait consensus.
    En l’absence de données fiables, les rumeurs et images de marques des établissements font (ou défont) la notoriété de certains établissements de façon parfois surprenante pour ceux qui les connaissent…
    Je me demande comment cela se passe dans les pays que l’on nous cite souvent en exemple : Finlande et pays scandinave par exemple..

  4. Eric says:

    Merci pour cet exposé clair, j’ai tout compris à l’inspection anglaise !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s