Socrate et le numerique

Il y a 2,400 ans en Grèce antique quand le principal moyen de transmission culturelle et d’apprentissage était la langue parlée, le philosophe Socrate avait prevenu que la parole écrite posait de graves risques pour la société. Dans une culture orale, l’écriture était une nouvelle technologie et Socrate avait plusieurs soucis quant à son impact possible:

  1. Il considérait que la parole écrite était inflexible: le discours « vivant » est dynamique et prêt à être découvert et interrogé par le dialogue. Dans le discours « mort » de la parole écrite, les mots semblent nous parler comme s’ils étaient eux-mêmes intelligents. Une fois écrits, ils continuent à raconter la même chose pour toujours, quoique nous en pensons. Les mots écrits sont susceptibles d’êtres confondus avec la réalité et les lecteurs peuvent obtenir la fausse impression de bien comprendre quelque chose quand ils ne font que commencer à le comprendre.
  2. Il considérait que l’écriture détruirait la mémoire: l’effort de memoire permet la transmission orale et préserve une mémoire culturelle tout en améliorant la compréhension personnelle de chacun. Le lecteur ne peut pas s’approprier le texte sur une page comme il le peut avec celui qu’il a mémorisé.
  3. Il considérait que nous perdrions la maîtrise de la langue: la lecture représente une perte de contrôle de nos connaissances. On ne peut pas savoir qui va lire notre texte et comment cette lecture sera interprétée. Une fois qu’une chose est écrite elle peut tomber dans les mains de ceux qui la comprennent tout aussi bien que de ceux qui n’en comprennent rien. Le texte ne peut pas s’adapter pour répondre aux différents besoins des differents publics et quand il est maltraité, il ne peut pas se défendre. Les dérives sont possibles de tous les côtés.

Socrate ne nous a pas laissé d’écrits, mais heureusement que son disciple Platon avait moins de scrupules, ce qui nous permet d’avoir un compte-rendu des meilleurs arguments Socratiques.

Plus de deux mille ans plus tard, sommes nous en mesure de répondre aux préoccupations de Socrate? L’écrit est devenu un élément essentiel de la transmission culturelle et nous dépendons tellement de la parole écrite qu’il est impossible d’imaginer notre monde sans elle. Face à un Socrate du 21eme siecle, nous pourrions commencer par rapeller qu’il est inconcevable aujourd’hui qu’un individu ou même un groupe puisse acquerir toutes les connaissances humaines. Nous pourrions lui expliquer la nécessité absolue d’avoir des textes écrits pour pouvoir rassembler la totalité de nos connaissances contemporaines dans une forme capable d’être partagée et comprise par nos concitoyens de la république humaine des connaissances. Nous pourrions également lui démontrer que l’avancée de l’écrit n’a étouffé ni le dialogue ni le débat, il en est en fait le principal moyen. C’est generalement en langue ecrite que nous proposons, que nous partageons et que nous contestons nos idées nouvelles. On pourrait convenir que l’écrit est sujet aux abus, y compris ceux que l’auteur n’aurait pas pu prévoir, mais on pourrait aussi montrer que le développement de l’alphabétisation généralisée et la lecture critique peuvent protéger contre ces abus.

Bien que la mémoire n’a pas été détruite, nous apprenons beaucoup moins par coeur qu’autrefois et la pratique routine de la mémoire est bien moins valorisée hormis à des fins très spécifiques. Nous avons remplacé la memoire par une gamme de compétences de recherche sophistiquée qui nous aide à sélectionner precisement ce dont nous avons besoin parmi la masse des sources écrites disponibles et à en évaluer la validité. Le plaisir d’apprendre un poème, une chanson ou une citation préférée par cœur est toujours à notre disposition et même si nous ne récitons plus les grands poèmes épiques notre memoire nous sert quotidiennement dans toutes sortes de situations complexes.

L’inquiétude de Socrate au sujet de l’impact négatif d’une nouvelle technologie de communications a été réitéré à chaque cycle suivant de révolution en communication. L’imprimerie encouragerait-elle une propagation de l’hérésie et appauvrirait-elle la culture? La photographie et puis le cinéma entraîneraient-ils la fin de la peinture et du théâtre? Le téléphone et l’email détruirait-ils l’art d’écrire? A chaque étape certains craignent que les pertes l’emporteraient sur les gains, mais une fois qu’une nouvelle technologie de communication s’implante et mûrit, nous trouvons eventuallement qu’elle renforce les interactions humaines et qu’elle permet aux anciennes technologies de s’adapter et de trouver un nouveau rôle.

Nous sommes aujourd’hui en pleine révolution de la communication. La connectivité mondiale à grande vitesse entre les individus, la creation de ressources accessibles, interrogeables et interactives intégrant l’image, le son et l’écrit ; tout cela nous offre de merveilleuses possibilités éducatives. Les enseignants ont toujours été soucieux d’appliquer les nouvelles techniques pour renforcer l’apprentissage, mais il faut du temps pour percevoir leurs avantages. Ceux d’entre nous qui ont vécu l’introduction des premiers ordinateurs en classe se souviendront qu’ils nous offraient très peu de valeur educative. L’incorporation technologique nécessite un temps de scepticisme, d’experimentation et de reflexion. En tant qu’enseignants, nous devons incorporer ces nouvelles technologies dans notre boîte à outils tout en posant le même genre de questions que poserait Socrate : Que risque t’on de perdre? Quels aspects des anciennes technologies faudrait-il préserver?

Dans leur essai Questions for a Reader dans la collection Stop what you’re doing and read this (Vintage 2011) Maryanne Wolf et Mirit Barzillai décrivent certains des défis du numérique pour le lecteur contemporain :

« Les lecteurs de demain apprendront-ils à ne reclamer que la simplicité, la rapidité et l’expliquation par un autre? Ou seront-ils plongés dans l’innovation technologique, devenus habiles à faire le triage et l’évaluation critique de différents types de lecture en fonction de leurs intérets et de leur but ; recherche, comprehension? …La souplesse du texte numérique…pourrait-elle améliorer l’expérience de la lecture pour les lecteurs, les propulsant vers un engagement plus profond avec le texte, ou est ce que tout cela ne fera que multiplier les distractions? »

Selon Wolf et Barzillaï, pour reussir leur apprentissage, les étudiants auront besoin de: 

« connecter des compétences de lecture profonde aux compétences de traitement de l’information afin d’être en mesure d’utiliser les ressources et les plates-formes du 21ème siècle judicieusement. La tâche est de comprendre comment le faire. »

Le numérique n’est pas une mode passagère ou une tentative de pertinence. Nous ne voulons pas niveller vers le bas pour atteindre une génération en-ligne avec leur prétendue courte durée d’attention. Les enseignants qui connaissent bien leur sujet, qui ont des objectifs clairs et qui comprennent l’apprentissage doivent developper et sélectionner les meilleurs matériaux possibles et s’en servir intelligemment pour renforcer l’acquisition des connaissances et de la compréhension approfondie. Ils doivent également se servir du numérique pour partager leurs bonnes pratiques pédagogiques et éviter de réinventer la roue.

Tout en faisant cela, nous devons rapeller que pour un apprentissage reussi il faut pouvoir se concentrer, penser, parler, écouter, lire et écrire en profondeur. Par conséquent, nos objectifs pour le numérique doivent êtres ambitieux. Nous voulons que nos étudiants puissent naviguer l’internet pour les commentaires et les sommaires de livres mais aussi qu’ils puissent lire des livres entiers et et en former leur propres opinions. Nous voulons qu’ils puissent tweeter mais aussi qu’ils puissent écrire une bonne rédaction, qu’ils puissent critiquer leurs etudes avec leurs camarades tout en s’engageant dans un effort personnel soutenu. Bref, nous devons développer des étudiants qui peuvent maitriser tous les moyens à leur disposition pour enrichir leur apprentissage et leur vie.

Il se pourrait bien que l’exploitation du numérique par des enseignants experts et créatifs puisse les libérer et leur permettre d’engager leurs etudiants de plus en plus en dialogue « Socratique ». Le grand philosophe approverait certainement.

 

Adapté de mon blog post en Anglais : Socrates on e-learning.

Ma traduction laisse certainement beaucoup à desirer et je serais heureux de recevoir vos commentaires et corrections.

About Eddie Playfair

Principal of Newham Sixth Form College (NewVIc) East London. Blogging about education, politics and culture in a personal capacity. I also tweet at @eddieplayfair
This entry was posted in Education, en Francais, Teaching and learning and tagged , , , . Bookmark the permalink.

7 Responses to Socrate et le numerique

  1. Pingback: Le numérique expliqué à Suzanne et à quelques autres… | Culture numérique

  2. stefwuc says:

    Excellent billet, et pour la traduction, ne changez rien, c’est parfait.

  3. Merci Stephane – c’est encourageant.
    Je continuerai a blogger en Francais quand j’ai le temps.

  4. Brocart says:

    Réflexions très intéressantes. L’écrit sous toutes ses formes et fonctions… vaste chantier. J’ai également apprécié votre effort de traduction des proverbes corses en anglais.

  5. Pingback: Le numérique expliqué à Suzanne et à quelques autres… | kiffezluttez

  6. Pingback: Socrate et le numerique | Eddie Playfair | Rémi Thibert

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s